Qui suis-je ?

Si j’étais une fleur, je serais : une marguerite ….

Alors, pour commencer doucement à prendre la voie de l’Art-thérapie (je suis actuellement en formation chez PROFAC), je me suis d’abord formée : un Diplôme National d’Arts-Plastiques à l’Ecole d’Art des Pyrénées à Tarbes en 2014, puis une licence pro en Communication du Web à l’école Pigier à Lyon.

En 2017 j’ai suivi la petite voix dans ma tête qui me disait de créer quelque chose de nouveau. « Nouveau » dans le sens où il ne s’agit pas réellement d’un lieu où l’on apprend à dessiner et peindre comme Picasso, car ce type d’atelier d’arts-plastiques existe déjà à différents endroits sur le territoire. J’ai voulu créer quelque chose qui me ressemble et qui fait écho aux besoins que j’avais lorsque j’étais enfant. Comme je ne voulais, au départ, pas me lancer sans filet, j’ai opté pour les déplacements à domicile chez mes clients, plutôt que de louer un lieu (trop cher pour mon budget, ou mal implanté sur le centre-ville, etc), en parallèle d’un job alimentaire : Assistante d’Education en Lycée : job qui m’a permis de monter un atelier peinture qui a débouché sur une exposition au Lycée Friand à Poligny et un atelier tricot au Lycée Montciel à Lons-le-Saunier.

Ma voiture fleurie m’a ainsi amené à rencontrer beaucoup d’enfants et de parents, intrigués par ma démarche. Lors d’ART’nniversaires à domicile ou de stages enfant dans les locaux que je louais. Mais aussi des RDV Co-Drawing (dessin intuitif) au Restaurant La Douce Heure (merci Laurence pour ton accueil) à Lons-le-Saunier.

En juillet 2020, en plein milieu d’un contexte sanitaire compliqué, je me suis lancée : j’ai ouvert mon atelier d’art et de couture au centre ville de Lons-le-Saunier, dans le Jura. J’ai été accompagnée et soutenue par Emilie Andrieux à la Chambre de Commerces et d’Industrie pendant toute la durée du lancement de mon projet, et même un peu après 🙂


Aujourd’hui

Je me sens épanouie, je sais que les heures que je passe à travailler sont nécessaire au développement de mon entreprise. Je suis aussi des fois inquiète du contexte actuel dans lequel je fais évoluer mon entreprise, mais plus souvent, je suis sereine sur sa pérennité et la passion que j’ai en stock pour porter le projet.


Chez Marguerite émoi, le but ultime n’est pas l’apprentissage d’une technique, on ne deviendra peut-être pas des Picasso, mais des individus plus épanouis, plus ouvert.


Aussi, mon prénom n’est pas Marguerite, mais Deborah, j’ai 30 ans, je suis sagittaire ascendant sagittaire 🙂

Le nom de Marguerite émoi c’est tout simplement car, lycéenne je dessinais des marguerites dans les marges de mes cahiers (vraiment beaucoup de marguerites… des champs quoi !) et « émoi » a été ajouté pour la dimension émotionnelle de mes ateliers et pour pouvoir conserver ce nom le jour où je serai Art-thérapeute.

J’espère avoir répondu à vos potentielles interrogations, si vous avez des questions, n’hésitez pas à me contacter ou à venir me voir, je me ferai une joie de vous rencontrer.

Bien à vous,

Deborah

Scroll to top